Ville de Rivière-du-Loup

Circuits de découvertes

Circuits de découvertes

À pied, en auto ou à vélo. Seul, en famille ou entre amis. En coup de vent ou en étirant le temps. À l’ancienne ou en mode futuriste. Il y a plusieurs façons de découvrir Rivière-du-Loup. Facilitez-vous la vie en vous inspirant de l’un de nos circuits.

  • Sur la piste des Jeux du Québec

    3 km - 1,5 h

    Du 14 au 22 août 1971, Rivière-du-Loup accueillait la toute première Finale des Jeux du Québec. Un événement historique, qui a laissé son empreinte dans la mémoire collective, mais aussi un peu partout dans la ville!

    Le nouveau circuit balado Sur la piste des Jeux!, mis en place par le Comité organisateur de la 56e Finale des Jeux du Québec – Rivière-du-Loup 2022 (COFJQ – 2022), en partenariat avec la Ville de Rivière-du-Loup, vise à faire connaître l’histoire des premiers Jeux, à rappeler l’importance que l’événement a eu pour la communauté et à revisiter ses legs et ses lieux emblématiques à travers 5 stations principales et une station bonus.

    Les citoyens et les touristes sont invités à parcourir le circuit et à scanner, avec leur cellulaire, le code QR qui se trouve sur le panneau installé à chaque station. Ils seront ainsi orientés vers une plateforme numérique pour écouter une narration truffée d’informations méconnues et d’anecdotes. Des contenus complémentaires, regroupant des photos et des vidéos de l’époque, permettent d’enrichir l’expérience et d’en apprendre davantage sur chaque site.

    Dernière modification : 1 juin, 2022
    Sur la piste des Jeux du Québec
    Le lien a été copié!
  • Publiqu'Art

    2 km - 1 h

     

    1. Œuvre centrale du parc du Campus-et-de-la-Cité, 2011

    1-allee_centrale.JPG (5.16 MB)

    L’allée centrale du parc met en scène le paysage distinctif de Rivière-du-Loup en réinterprétant dans un large parterre la géomorphologie distincte et les peuplements végétaux propres à la région. La ville est érigée sur une série de plateaux qui s'élèvent à partir du fleuve Saint-Laurent jusqu'à une altitude de près de 200 mètres. Cette topographie en escalier explique la présence de plusieurs chutes spectaculaires sur la rivière du Loup, et est mise en relief dans la silhouette accidentée des murs d’ardoise qui bordent le parterre central.

    Au sud de l’allée centrale du parc, un premier espace représente le fleuve et son littoral. Des jets de brumes, des rochers et des galets de schiste ainsi que des plantations d’herbacées de rivages composent ce premier écosystème.

    Pour faire suite à ce milieu riverain, un espace est dédié à la ville. Une placette urbaine animée par le passage des piétons est aménagée au centre de l’allée. Trois variétés d’astrantia, l’emblème floral de la ville de Rivière-du-Loup, s’y déploient en plein cœur.

    La placette fait ensuite place à une imposante cascade, représentant toute la splendeur de la chute de la rivière du Loup dans le paysage régional. Des végétaux indigènes aimant les milieux humides dominent la plantation dans cette partie du parterre.

    Faisant suite au paysage de la chute, la tourbière s’installe dans l’allée, telle qu’on peut la retrouver à son état naturel.

    Dans l’entièreté du parc, on compte plus d’une soixantaine d’espèces de végétaux qui sont pour la plupart indigènes et pour les autres, introduits depuis longtemps dans la région. Réunie en un lieu, toute cette diversité fait vivre à petite échelle les paysages remarquables de Rivière-du-Loup en passant par son fleuve, sa ville, sa rivière, ses tourbières et ses forêts.

    2. Fleur d’Assise, 2010

    Artiste : Ludovic Boney

    2-parc_urbain.jpg (3.24 MB)

    Dans le cadre du programme d’intégration d’une œuvre d’art au parc du Campus-et-de-la-Cité

    Cette œuvre représente à la fois l’importance historique du réseau ferroviaire pour la ville et les multiples perspectives de développement de Rivière-du-Loup. Telle une suite de wagons, ce polyptique sculptural se déploie le long du chemin rappelant le mouvement d’un train sur ses rails. Les plis sur les montants de métal rappellent les facettes rocheuses des affleurements et des cascades le long des chutes situées au cœur de la ville.

    Chacun des 5 éléments de la sculpture est orné de formes pouvant être apparentées à des fleurs ou des étoiles qui, la nuit venue, sont illuminées. Les différentes couleurs qui cernent les percées font écho à la diversité de la flore du Bas-Saint-Laurent. À la saison froide, elles surplombent et illuminent les neiges blanches de l’hiver. Les étoiles symbolisent la complexité du temps. Elles représentent à la fois le passé et le futur et apportent une touche ludique à l’ensemble de l’oeuvre.

    3. Oiseau sur colonne, 1975

    Artiste : Marcel Braitstein

    Collection du Musée du Bas-Saint-Laurent

    3-Braitsten,_Marcel_JFLajoie_2019.jpg (7.10 MB)

     

    Né en 1935 en Belgique, Marcel Braitstein émigre au Canada en 1951. Ses œuvres sculpturales se retrouvent aujourd’hui un peu partout à travers le monde. Figure marquante de la scène culturelle québécoise contemporaine, il s’est illustré aussi bien en tant qu’artiste, enseignant et écrivain.

    Ce qui touche et concerne la condition humaine préoccupe Braitstein au plus haut point. Oiseau sur colonne est la première de la série des « colonnes brisées », thématique reprise dans plusieurs œuvres de Braitstein. Ses sculptures de métal soudé, qui constituent la partie la plus connue de la production de Braitstein, projettent une image expressionniste où la terreur est souvent exprimée.

    L’œuvre Oiseau sur colonne représente un oiseau perché sur une colonne brisée, qui déploie ses ailes comme s’il était sur le point de s’envoler et son large bec s’ouvre sur sa proie. La colonne brisée évoque l’oiseau de malheur qui plane sur un monde détruit après quelque cataclysme. Ce sentiment d’apocalypse transpire de cette œuvre comme elle apparaît dans plusieurs autres œuvres de cet artiste.

    4. L’Habitacle et Protection de l’Habitacle, 1995-1996

    Artiste : Dominique Valade

    Collection du Musée du Bas-Saint-Laurent

    4-_Valade,_Dominique_JFLajoie_2019.jpg (9.26 MB)

    Née à Montréal en 1958, Dominique Valade possède un doctorat en études et pratiques des arts de l’Université du Québec à Montréal. Professeure en arts visuels au Cégep du Vieux-Montréal, elle demeure, au-delà de sa carrière d’enseignante, très active sur la scène culturelle québécoise et internationale. Entre autres, elle a réalisé des œuvres publiques au Québec, au Canada et en Europe.

    À travers une réflexion sur les éléments paysagers ou urbains, l’artiste explore l’espace sous toutes ses formes. La série des Habitacles est représentative de son intérêt pour l’architecture. L’habitacle évoque le chantier d’une maison. Intégrés dans l’ensemble, divers outils tel le banc de scie, le niveau et l’équerre, nous suggèrent le milieu de la construction. En faisant référence à la technique de la camera obscura – procédé hérité de la Renaissance –, elle précise l’importance qu’elle accorde au dessin en perspective. De manière complémentaire, dans Projection de l’habitacle, seconde partie de l’installation, on retrouve au sol l’évocation d’un intérieur de maison et, au loin, une porte entrouverte sur un jardin.

    5. Sans titre, 1990 et Grid with Superstrings, 1983

    Artiste: Bill Vazan

    Collection du Musée du Bas-Saint-Laurent

    5_-_Vazan,_Bill_JFLajoie_2019.jpg (9.57 MB)

    Bill Vazan est né à Toronto en 1933. Il étudie au Danforth Technical School de Toronto, puis à l'Ontario College of Art, avant de poursuivre sa formation à l'École des beaux-arts de Paris. Devenu professeur à l'Université Concordia, il s'établit à Montréal qui deviendra son port d'attache permanent. Vazan connaît, à partir des années soixante-dix, une carrière internationale - Amérique du Nord et du Sud, Europe, Asie - dans l'univers du « Land Art », représentant avec brio le Canada dans de nombreux événements, expositions et symposiums.

    À l'origine, oeuvres formellement proches des dolmens préhistoriques ou des stèles runiques vikings, les pierres gravées de Vazan - que l'on retrouve, un peu partout à travers le Québec et le Canada - sont paradoxalement devenues de véritables signatures visuelles du travail de l'artiste lui-même. De ce fait, elles questionnent notre rapport aux vestiges des civilisations passées et à l'anonymat qui les caractérise.

    6. Le Visionnaire, 2013

    Artiste : François Maltais

    Commande de la MRC pour illustré l’énoncé de vision 2011-2031

    6_-_Le_Visionnaire.JPG (3.37 MB)

    Haute de 18 pieds, composée d’acier, d’aluminium, de cuivre et d’acier inoxydable, l’œuvre intrigue et amène les passants à découvrir les valeurs de la vision, inscrites à la base de la sculpture. L’artiste François Maltais a développé un concept qui tente davantage d’inspirer le spectateur à voir vaste et à concevoir un pôle captant les visions communes de la population plutôt que d’offrir une simple vision personnelle du développement.

    L’objectif premier du Visionnaire n’est pas de traduire une vision de l’avenir, mais bien d’incarner l’ambitieuse volonté de prendre position pour l’avenir; c’est d’être un repère cristallisant, une prise de conscience collective qui voit grand, qui « visionne » loin, les pieds dans le présent. Le Visionnaire est un objet sculptural. Il est le résultat d’un processus de création impliquant une participation de la communauté.

    Rappelons que l’énoncé de vision 2011-2031 de la MRC de Rivière-du-Loup est le résultat d’un important travail du comité de la vision, entamé en 2010. C’est par le biais de nombreuses consultations auprès de la population et des organismes du milieu que le texte de la vision a pris forme. À la base de l’œuvre, on retrouve les 5 valeurs qui résument cette vision collective : La qualité de vie, la famille, le dynamisme, l’innovation et l’ouverture d’esprit.

    7. Se tenir debout et rayonner, 2021

    Artistes : Denis Beauséjour, Youri Blanchet et François Maltais

    7-se-tenir-debout.jpg (1.85 MB)

    Se tenir debout et rayonner fait référence aux origines du Cégep de Rivière-du-Loup et au rôle déterminant qu’il joue, depuis sa création en 1969, au sein de la région comme acteur essentiel du développement socioéconomique et culturel. Rappelons que le Cégep a pris naissance grâce à une mobilisation de la population qui s’est littéralement « tenue debout » à l’époque et qui a fait preuve d’une volonté réelle d’obtenir un établissement d’enseignement supérieur à Rivière-du-Loup, ville qui ne possédait aucun collège classique. Cette implantation a depuis permis à plus de 15 000 personnes d’obtenir un diplôme d'études supérieures.

    L’œuvre exploite la verticalité, le mouvement et l’évocation langagière des matériaux et des couleurs. L’aspect vertical fait référence à l’élévation intellectuelle, culturelle et philosophique intrinsèque à l’éducation. Il contribue également à donner de l’ampleur à la sculpture, créant ainsi un signal, un appel pour le passant, d’où la métaphore de la bouée. Composée de grandes voiles bleutées, la pièce est inspirée de trois axes principaux : la relation avec le fleuve, l’éducation et la collégialité. Un aménagement paysager complète la métaphore maritime en traçant une grande vague donnant l’illusion de porter la structure et conférant ainsi un mouvement marin sur lequel la sculpture semble voguer.

    8. L’Émérillon, 1986

    Artiste: Charles Daudelin

    Collection du Musée du Bas-Saint-Laurent

    8_-Daudelin,_Charles_JFLajoie_2019.jpg (6.49 MB)

    Charles Daudelin, né à Granby, vit à partir de 1939 à Montréal. Artiste polyvalent, prix Paul-Émile Borduas 1985, il expose peintures et sculptures, enseigne l’art intégré, collabore avec les architectes pour se consacrer, de plus en plus, à la sculpture monumentale et à l’art public.

    Le poète québécois Gilles Hénault écrivait à Charles Daudelin en 1974, « tes sculptures sont des œuvres de plein air, sous leur double aspect, formes et proportions, ce qui fait que la plupart de tes maquettes sont déjà des monuments ».

    L’Émérillon, né des pliages des années 1980, comme Embâcle (1984) à Paris et Éclatement II (1998) à Québec, de par sa géométrie, rejoint les préoccupations de Daudelin pour la dualité; un couple : deux voiles, un mât qui les unit ou les sépare et la lumière qui joue sur les vides et les pleins.

    9. Jeux de clés, 2021

    Artistes : Cooke-Sasseville

    Dans le cadre du programme d’intégration d’une œuvre d’art pour le stade de la Cité-des-Jeunes

    9-les_clefs.jpg (3.20 MB)

    L’œuvre représente une série de clefs.

    Cet outil est au centre d’un nombre important d’expressions populaires. Ainsi, la clé du problème ou la clé du mystère illustre l’existence d’une vérité cachée, d’une solution à un problème. La clé permet de comprendre et d’interpréter. En architecture, la clé de voûte est la pièce centrale d’une arche. La clé des champs illustre le pouvoir de liberté alors que la clé des songes permet d’interpréter les messages du subconscient.

    La clé représente l’ouverture ; elle permet d’ouvrir ce qui est fermé. Elle ouvre le passage et donne accès à ce qui est caché. Elle permet d’accéder à une richesse, à une nouvelle connaissance, à un aspect supplémentaire de soi-même.

    L’expression clés en main sous-entend que chacun dispose des outils nécessaires à son propre épanouissement. Ces multiples interprétations possibles sont en harmonie avec les activités et les valeurs d’engagement et de dépassement de soi propres à un établissement comme le stade de la Cité des jeunes.

    Le panneton, section de la clé servant à barrer ou débarrer une serrure, de chacune des clés présente le profil d’un visage humain. Ces visages anonymes symbolisent diverses facettes des rapports humains. Ces profils évoquent l’importance du rôle de chaque individu à l’intérieur d’un modèle organisé et souligne l’importance de la contribution et de l’implication de chacun dans le fonctionnement de l’ensemble. Sans panneton, toutes les clés seraient identiques, c’est ce détail qui donne le caractère unique à chacune d’entre elles.

    10. Vocalises d’une baleine à cordes, 2010

    Artiste : Émilie Rondeau

    Dans le cadre du programme d'intégration d'une oeuvre d'Art pour l'École de musique Alain-Caron

    10-_baleine-uai-EMAC.jpeg (479 KB)

    La forme hybride fusionne la silhouette du rorqual et la guitare basse d’Alain Caron. Adossée à la salle multifonctionnelle, elle devient le ventre de la baleine, la caisse de résonance, le corps de la guitare ; un incubateur et amplificateur à talents.

     Originaire de St-Hyacinthe, Emilie Rondeau vit et travaille à Rivière-Ouelle, au Bas-Saint-Laurent. Elle détient un Baccalauréat de l’Université Concordia (2004) et une Maîtrise en arts visuels du Nova Scotia College of Art and Design (2006). Elle est boursière du CALQ et a reçu, en 2016, le Prix de la Créatrice de l’année au Bas-Saint-Laurent. Depuis 2011, elle a réalisé une vingtaine de projets d’intégration des arts à l’architecture (1%) dans la Capitale-Nationale et l’Est du Québec.

    Dernière modification : 1 juin, 2022
    Publiqu'Art
    Le lien a été copié!
  • Projet Fraserville

    3,5 km - 2 h

    Le Vieux Rivière-du-Loup est l’un des quartiers patrimoniaux les plus riches dans l’Est-du-Québec. Ce sont les seigneurs Fraser qui en ont planifié le développement, dès 1825. On peut en apprendre plus sur ce projet urbain ambitieux à travers deux parcours.

    La promenade pittoresque, qui débute à l’hôtel de ville, révèle les secrets de la vie bourgeoise du XIXe siècle, grâce à ses édifices publics impressionnants et ses somptueuses villas.

    Prenant son départ au Manoir seigneurial Fraser, le parcours citadin fait quant à lui revivre la naissance du village de Fraserville et le développement du centre-ville. La diversité de l’architecture, qui témoigne de la prospérité de la ville à différentes époques, y est notamment mise en valeur.

    Le dépliant est disponible en format numérique ou en version papier au bureau de Tourisme Rivière-du-Loup et à l’hôtel de ville.

     

    Dernière modification : 1 juin, 2022
    Projet Fraserville
    Le lien a été copié!
  • Vies de quartier

    3 km - 1,5 h

    Le circuit proposé vous fait  découvrir l’histoire de la ville à travers celle de ses vieilles maisons et de ses gens qui y ont vécu au fil des siècles.

    Il y cinq stations à découvrir. Vous pouvez toutes les faire ou seulement quelques-unes.

    À chaque station, vous trouverez soit le balado qui vous guidera sur le parcours ou des capsules sonores sur les gens qui ont habité le centre-ville et des vidéos sur l'histoire de notre ville et de ses bâtisseurs.

    Des seigneurs Fraser originaires d'Écosse, aux cheminots irlandais, en passant par les marchands d'origines grecques ou russes jusqu'aux commerçants et hôteliers de la région ou de Montréal, tous ont un point en commun: ils veulent avoir pignon sur la rue Lafontaine! 

    Apportez vos écouteurs et votre téléphone intelligent et suivez le circuit des panneaux du parc Blais à la gare. Téléchargez les extraits sonores et les vidéos à partir des pastilles (codes QR) installées sur les panneaux des cinq stations ou à partir des liens qui vous sont fournis plus bas. 

    Entre les stations, ne manquez pas d'écouter les compositions originales de nos musiciens d'ici !

    Pour voir la carte des cinq stations.

    balado-vie_de_quartier.jpg (497 KB)

     Rendez-vous en avant de l'église Saint-Patrice pour débuter la première visite!

    Dernière modification : 1 juin, 2022
    Vies de quartier
    Le lien a été copié!
  • Histoires de la Pointe

    4 km - 2 h

    À partir du secteur de la Côte-des-Bains, téléchargez les capsules sonores, les balados et les vidéos sur l'histoire de la Pointe.

    balado-31_(1).png (940 KB)

    Le circuit est composé de des sept stations d'interprétation sur l'histoire de la Pointe, de la villégiature aux légendes de la rivière du Loup. Des expériences numériques à télécharger sur place, une maquette de l'embouchure de la rivière et des panneaux d'interprétation. À faire à pied, à vélo ou en voiture, boucle de quatre kilomètres.

    Dernière modification : 1 juin, 2022
    Histoires de la Pointe
    Le lien a été copié!
  • Autres circuits


    Circuit Arbre, qui es-tu?

    Découvrez notre patrimoine forestier urbain en parcourant les rues du Vieux Rivière-du-Loup et imprégnez-vous d'extraits littéraires rédigés par des auteurs québécois.

    Ce circuit propose de conjuguer botanique et littérature et vous fait découvrir une douzaine des plus beaux spécimens du quartier ancien, du manoir Fraser à l'hôtel de ville en passant par le parc Blais et l'église Saint-Patrice. Ce parcours est une initiative citoyenne développée en lien avec le projet de Politique de l'arbre récemment présenté par la Ville de Rivière-du-Loup.

    Le dépliant du circuit est disponible en version imprimée à la bibliothèque Françoise-Bédard aux heures d'ouverture ou à télécharger en cliquant sur le lien suivant: Arbre, qui es-tu ?

    Suivez la carte et découvrez les arbres remarquables identifiés par un médaillon à l'effigie du circuit. Une randonnée de 2 heures de marche à pied ou à vélo vous attend.

    Information à la Bibliothèque Françoise-Bédard : 862-4252

    Les sentiers du Platin

    Véritable centre d’interprétation naturel en milieu urbain, le parc des Chutes permet non seulement de se détendre en plein air, mais aussi d’aiguiser ses connaissances en histoire, en géologie et en botanique.

    Grâce à un carnet touristique et artistique, on peut s’adonner à une promenade éducative qui met tous les sens aux aguets. À travers les huit sentiers du parc, on découvre alors, d’un œil nouveau, ses différents écosystèmes : son verger patrimonial, sa rivière, sa forêt, ses ruisseaux, son étang et ses falaises.

    Le guide Les sentiers du Platin est en vente au coût de 5 $ au Musée du Bas-Saint-Laurent, dans les librairies locales, au Bureau d’information touristique et à l’hôtel de ville.

    Couverture_carnet_platin.jpg (1.99 MB)

    Téléchargez votre version numérique du carnet et partez à la découverte de l'histoire de la rivière du Loup et de ses chutes qui a orienté le développement de toute une ville.

    Visitez la section du parc des Chutes.

     

    Le Rocher malin

    Plusieurs légendes entourent le Rocher malin, une crête rocheuse caractéristique par sa forme anguleuse.

    Depuis plus de 50 ans, un personnage peint sur la roche fixe le large. Il n'a raté aucun coucher de soleil depuis sa création.

    Cette oeuvre d'art populaire peinte pour la première fois en 1963 rappelait selon l'artiste la présence des Premières nations dans l’histoire de la Pointe.

     

    Tête_indien_013_001.jpg (1.37 MB)

     Il y a cinquante ans, l'oeuvre a été nommée la Tête d'indien, aujourd'hui, l'utilisation de ce terme est révolue.

    La présence des Premières nations à la Pointe est bien connue dans l'histoire de Rivière-du-Loup et on sait que l'embouchure de la rivière du Loup et la Pointe ont été fréquentées entre autres par des Mics-Macs, des Malécites et des Hurons. 

    Rendez-vous au parc de la Pointe, stationnez près du chalet de la Côte-des-Bains et faites le tour de la Pointe.  

    Profitez de votre passage sur la rue Mackay qui longe le fleuve pour jeter un œil curieux sur les belles villas de ce secteur de villégiature réputé au tournant du 20e siècle. 

    Le Vieux Saint-Patrice

    Englobant la portion ouest de la rue Fraser, le Vieux Saint-Patrice est un site historique prestigieux, qui comprend une cinquantaine de résidences d’été construites durant la grande époque de la villégiature anglophone du 19e siècle. De nombreuses personnalités politiques de cette époque, dont le premier ministre John A. Macdonald, y ont séjourné.

    maion_macdonald_.jpg (584 KB)

    Deux panneaux d’interprétation lèvent le voile sur les secrets de ces somptueuses demeures d’autrefois.

    Imprimez les tables de lecture ou rendez-vous sur place, aux deux entrées du secteur où vous trouverez des panneaux d’interprétation, et admirez de près ces résidences qui n’ont rien perdu de leur charme !

     

    Géorallye du Vieux Rivière-du-Loup

    Cette chasse au trésor 2.0 vous amènera dans la face cachée du Vieux Rivière-du-Loup de manière divertissante. Équipé d’un géonavigateur (GPS), vous devrez relever, en famille ou entre amis, des défis d’observation qui vous feront découvrir les premiers quartiers d’un œil nouveau. Des caches réelles en forme de fausses roches aux caches virtuelles, du plaisir assuré pour tous. 

    L’appareil de géolocalisation peut être emprunté gratuitement auprès de Tourisme Rivière-du-Loup. Le formulaire de jeu est offert en version papier ou numérique. Rendez-vous au coin des rues Saint-Pierre et du boulevard de l'Hôtel-de-Ville.

    Prévoyez une heure et demi de découverte !

     affiche_georallye_v4_2_mai.jpg (705 KB)

     

    Un voyage dans le temps

    Partez avec votre téléphone cellulaire ou votre tablette et découvrez l’évolution du paysage urbain de Rivière-du-Loup. Au fil des principaux sites d’intérêt, vous pourrez voyager dans le temps et voir à quoi la ville ressemblait il y a plus d’un siècle.

    Dix stations d’observation vous offrent d'assister à la transformation du décor en juxtaposant des photographies anciennes à la réalité actuelle, avec le même angle que le photographe de l’époque.

    rue_lafontaine_copie_basse_resolution.jpg (54 KB)

    Le circuit vous mènera du Vieux Rivière-du-Loup jusqu’à l’ancien quartier de la gare, en passant par les rues du Domaine, Iberville, de la Cour, Lafontaine et Amyot.

    Téléchargez d’abord le circuit en format PDF sur votre téléphone intelligent ou votre tablette.

    Rendez-vous ensuite vers les sites indiqués sur la carte et suivez le parcours.

    Dernière modification : 29 avril, 2022
    Autres circuits
    Le lien a été copié!
  • Applications touristiques utiles

    Ondago

    Afin de faciliter vos déplacements, Tourisme Rivière-du-Loup propose deux cartes à consulter sur l’application Ondago.

    La première offre une vue globale sur le grand Rivière-du-Loup, tandis que l’autre concentre son intérêt sur le centre-ville.

    Les cartes des sentiers et activités du parc des Chutes, du parc du Campus-et-de-la-Cité et du parc de la Pointe s'y retrouvent également.

    De création québécoise, Ondago est une application de cartes interactives et intuitives qui permet à l’utilisateur de se situer dans son environnement grâce à la géolocalisation.

    Une façon simple d’apprivoiser la ville, sans perdre le nord !

    Dernière modification : 12 septembre, 2017
    Applications touristiques utiles
    Le lien a été copié!

Interdiction de stationner

Opération déneigement activée

23 h - 7 h

Stationnement en bordure de rue interdit de 23 h à 7 h sur TOUT le territoire de la ville